Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une chance sur deux

Une chance sur deux

On se remet en rang


Le jour où j'ai touché le fond

Publié le 18 Mars 2014, 10:52am

Catégories : #toucher le fond, #idées noires, #mort, #cancer, #enfants, #remonter à la surface, #rebondir

C'était la période où j'étais au plus bas, dans mon cancer.

Après que mon radiothérapeute m'ait violemment expliqué que je n'avais que 54% de chances de guérir. De Survivre. De Vivre.

Il venait de m'achever.

J'avais pourtant fait le plus dur comme on dit.

J'avais des idées noires, très noires. J'étais abattue, ailleurs, absente.

Je pensais à la mort, tout le temps. J'avais comme l'impression qu'elle avait toujours été là à m'attendre, sournoisement, mais pendant tous ces mois de combat je ne l'avais pas remarqué. Mais maintenant elle était là et attendait LE moment. Elle m’obsédait.

Je regardais mes fils et j'éclatais presque en sanglots à l'idée de ne pas les voir grandir. Vais-je vous voir devenir des hommes ? Est-ce que je t’aiderais à apprendre à lire ? Est-ce que je pourrais venir à ta première kermesse ? Pourrais-je vous accompagner et vous soutenir pendant les années à venir ?

A cet instant je pensais que non.

On m'avait dit que non. Ou alors peut-être. Mais à 54% près... C'était peu !

Paradoxalement la chimio et la radio étaient terminées donc normalement me connaissant ce devait être retour à la vie normale, mais non j'étais encore absente même si physiquement là.

Sonnée, complètement sonnée.

Cette période "down" a duré deux semaines environ.

J'aurais pu chanter la chanson à mes enfants : "Papa est en haut, qui fait du gâteau, maman est en BAS, qui mange tout l'chocolat..."

Mon mari ne me reconnaissait pas. Ça n'était pas la femme qu'il avait rencontrée, aimée, qui s'était battue tous ces mois durant, qui allait de l'avant, toujours.

Je crois que l'électrochoc a été quand il me l'a dit justement, il ne m'a pas secouée, ni crié dessus, non il m'a simplement expliqué son ressenti vis à vis de mon comportement depuis ces dernières semaines. Que m'était-il arrivé ? Où allions nous comme ça ?

Droit dans le mur. Et j'emmenais tout le monde, lui, mes deux fils et moi.

Je devais me ressaisir, me reprendre en main. J'allais mal, j'étais mal.

C'était le début de la guérison, la rémission. Et pourtant j'étais au plus mal. Pire que pendant les traitements. Sans doute parce que je sortais à peine la tête de l’eau et que je réalisais ce que j’avais parcouru, ce qu’on avait parcouru, ce qui aurait pu m’arriver si…

Au bout de deux semaines, cette visite bien bas m'a permis de remonter à la surface.

Et remonter encore plus haut, encore plus forte, encore plus sûre de moi et de mes objectifs dans la vie.

Paradoxalement, cela m'a fait du bien de toucher le fond. Je devais passer par là.

Pour ne plus être dans le déni.

Pour passer à autre chose.

Le jour où j'ai touché le fond
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marine 08/06/2014 14:49

ouch.... courage.....

Archives

Articles récents