Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une chance sur deux

Une chance sur deux

On se remet en rang


Le jour où mon amie m’a accompagnée

Publié le 28 Mai 2014, 13:24pm

Catégories : #amitié, #cancer, #cancer du sein, #accompagner, #chimiothérapie

C’est une de mes meilleures amies. Elle m’a toujours accompagnée dans les moments de joie, les rires, les soirées entre amis, elle était là après mes accouchements, elle aurait voulu être là à mon mariage (par la pensée, elle y était). Mais elle a toujours été là aussi pour les moments moins gais, les moments de détresses et de doutes. Elle était là quand je lui ai appris que j'avais fait une fausse couche, elle était là quand j'ai eu mon premier cancer.

Elle a toujours été là. Tout simplement. Et donc tout naturellement elle a voulu être là pendant mes traitements, pour m'accompagner et m'aider, à sa façon, par sa présence, pendant ce cancer là.

Sa compagnie pendant les séances m’a beaucoup touchée.

Touchée car ça n’était pas une situation facile pour elle, je me doutais que c’était glauque d’accompagner son amie pendant 3h à un traitement pas franchement marrant, fatiguant, dans un cadre tout aussi glauque, entourées d’autres malades tout aussi fatigués. Pas très réjouissant comme programme, cela nous changeait de nos soirées "filles".

J'étais touchée également car j’ai longuement hésité à lui demander, à elle justement. Elle, en revanche, n’a pas hésité un seul instant pour me proposer sa compagnie lors de ces chimio…

Elle a perdu son père violemment et rapidement il y a quelques années d’un cancer.

Il avait subi ce type de traitement, mais n’avait jamais voulu qu’elle l’accompagne.

Alors je savais qu’en m’accompagnant cela allait forcément réveiller de vieux démons.

Je ne voulais pas qu’elle souffre en se rappelant tout cela.

Elle avait suffisamment souffert à l'époque.

Non je ne voulais pas. Surtout pas.

Elle est donc venue à une première séance (de mon second protocole, la 4e de mémoire).

C’était tout nouveau pour elle et elle s’en est très bien sortie !

On a beaucoup papoté, de moi, d'elle, de mes enfants, de son fils, de mes difficultés pour être présente sur tous les fronts, des difficultés qu'elle rencontrait en tant que jeune maman. On a énormément échangé, mais ce que j’ai apprécié c’est qu’elle a échangé avec moi avec la même sincérité qu’auparavant, elle est toujours restée elle-même, et n'a jamais laissé paraître une quelconque pitié ou compassion envers moi ou les autres patients autour. Elle a respecté ma volonté de parler parfois banalités, car je souhaitais dédramatiser au maximum cette séance, je ne souhaitais en aucun cas diaboliser l'instant, ni pour elle, ni pour moi. On se racontait nos derniers potins, elle me tenait informée, elle me traitait exactement comme avant. J'ai apprécié car pendant ces moments, et malgré les branchements dans tous les sens, malgré les gants gelés sur mes mains et mes pieds, je n'avais pas l'impression d'être malade. Je parlais de tout et de rien, avec mon amie, comme avant.

Certes, j’étais malade (elle en avait la preuve devant elle !) mais j’étais restée la même et elle aussi avec moi. Elle me changeait les idées, et cela faisait un bien fou pendant cette séance de torture, qui était loin d'être la dernière.

Elle était simplement là, avec moi.

La séance s’est passée et elle a même eu l’impression que cela était passé à toute vitesse, finalement.

J’avais peur qu’elle ne veuille plus revenir ensuite, qu’elle ne m’ait pas tout montré de la façon dont elle avait vécu cette expérience pas rigolote du tout.

Mais elle est revenue, fidèle au poste, et avec toujours le même entrain.

Je la remercie par ces mots car c’est une amie dans mon coeur, je le savais avant, mais j’en ai eu, durant toutes ses séances, une jolie preuve.

Mon autre meilleure amie elle aussi aurait voulu être là pour m'accompagner, je le sais. Malheureusement sa grossesse et les dangers des produits qu'elle aurait pu inhaler en salle de chimio l'en ont empêchée. Mais elle n'a jamais cessé de prendre de mes nouvelles, de m'envoyer des messages d'encouragements avant, pendant et après les traitements, pour me tenir compagnie et me soutenir, à sa manière. Et pour cela aussi je la remercie.

J'ai deux amies formidables.

Comme elles sont loin nos soirées Sex & the City... Il s'en est passé des choses depuis, on a toutes fait du chemin.

Le sujet était bien moins léger et tellement moins fun. Mais notre amitié est bel et bien là et a tenu bon malgré ces épreuves. Vous vous êtes souciées de moi, de mon bien-être, de mon combat, vous vous êtes assurées que je tienne bien la barre, et quand je sombrais, grâce à votre soutien et votre fidélité, je me suis relevée.

J'ai deux amies formidables.

Le jour où mon amie m’a accompagnée
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marine 08/06/2014 14:47

Bonjour, comme toi je traverse l'épreuve du cancer, et comme toi j'ai trouvé dans l'écriture de mon blog une thérapie. Fais y un tour, si le coeur t'en dis.
www.kiss-of-a-hurricane.com
Bon courage

Archives

Articles récents