Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une chance sur deux

Une chance sur deux

On se remet en rang


Le soir où j'ai dit au revoir à “mon sein qui va bien”

Publié le 7 Janvier 2015, 11:41am

Catégories : #reconstruction immédiate, #mastectomie prophylactique, #cancer du sein, #cancer, #prévention

Après de nombreuses semaines de réflexions, de recherches, de discussions avec mon mari, et surtout après ce mois de septembre, si terrible, qui nous a rappelé nos vieux démons, avec ses examens, ses attentes, ses résultats pas trop bons, ses examens complémentaires, sa petite hospitalisation, le doute jusqu’au bout, insoutenable, la projection dans les traitements passés et enfin, inespérée, comme une libération, la bonne nouvelle : TOUT VA BIEN.

Je suis soulagée, mes proches aussi. Je peux à nouveau respirer, croquer la vie, vivre, simplement. Le temps qui s'était arrêté, figeant tout sur son passage, a repris son cours.

Je suis soulagée, mais aussi déterminée, à augmenter mes chances.

J'ai décidé de me faire enlever le sein droit, celui qui, après les examens de septembre va finalement bien.

Ce ne fut pas facile comme décision. C’est vrai après tout, je ne suis pas d’un naturel masochiste. Je n’aime pas particulièrement passer sur la table d’opération, subir des chirurgies qui, aux dires de tous font mal. Ça ne m’amuse pas.

Mais je ne veux plus jamais revivre ce mois de septembre, je ne veux plus revivre cette angoisse qui est forcément contagieuse. J'ai tellement angoissée ce mois-ci, et je veux mettre TOUTES les chances de mon côté.

Je n'attends pas non plus le résultat de l'étude génétique. Je prends les devants.

C'est moi qui décide.

Cette fois-ci je ne subis pas. Je suis actrice de mon destin, actrice de ma silhouette !

Cela fait peur aussi bien sûr mais quelle euphorie et que c’est excitant de se dire que l’on ne subit plus… C’est moi qui décide maintenant (du moins je veux y croire…).

Le soir où j'ai dit au revoir à "mon sein qui va bien", c'était un dimanche, veille de la seconde opération.

Le lendemain j'allais subir une opération à 4 mains, deux chirurgiens allaient intervenir pour me faire une mastectomie prophylactique avec reconstruction immédiate par lambeau de grand dorsal. Vaste programme de 4h.

Et “mon sein qui va bien” sera parti en partie. L’enveloppe restera mais son “contenu” enlevé, étudié, analysé, puis supprimé, et remplacé par du muscle et une prothèse.

Il ne sera ensuite plus comme avant... Plus jamais.

De part son aspect, sa consistance et surtout par ses sensations.

Plus jamais comme avant. Acte irréversible mais pourtant mûrement réfléchi.

Je ne veux plus douter - flipper - pleurer - souffrir et faire souffrir à cause de mes seins.

Solution radicale mais tellement légitime...

Et en fin de compte quand j'en parle autour de moi, les langues se délient, ça ne choque personne, mes médecins comme mes proches. Tout le monde va dans mon sens, tant mieux.

En même temps mon discours est bien rodé et je ne laisse pas de doute ou de regret dans Ma décision. Car c'est Ma décision justement.

Ce soir je dis au revoir à ce sein qui n'a rien demandé et qui ne reviendra jamais.

Ne m’en veut pas, mais j’ai décidé de continuer ma route sans toi.

Bye bye…

Le soir où j'ai dit au revoir à “mon sein qui va bien”
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents