Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une chance sur deux

Une chance sur deux

On se remet en rang


Le jour où j'ai réalisé que tu as bien grandi...

Publié par UnechancesurDeux sur 22 Mai 2017, 13:50pm

Catégories : #cancer du sein, #rechute, #enfants, #mots d'enfants, #angoisse, #famille, #protéger ses enfants, #récidive

C'était 4 jours après que le couperet soit tombé. Cela faisait 4 jours que nous savions. 4 jours pour digérer la nouvelle.

Il nous fallait un peu de temps avant de leur annoncer.

J'appréhendais. Forcément.

Je redoutais leurs réactions et particulièrement celle de mon aîné de 9 ans.

Il était 19h, nous venions de tous rentrer du travail.

Nous nous sommes posés dans le salon, sur le canapé, en face l'un de l'autre, avec chacun un garçon à côté de nous. Mon ainé lisait son magazine sur le canapé, celui-ci cachant l'expression de son visage. 

Le plus jeune dessinait sur la table, comme d'habitude. 

J'ai pris les devants, leur annonçant que la maladie était revenue dans le corps de maman. Que c'est pour cela que j'avais mal au ventre depuis quelques semaines. Je leur ai dit que j'allais prendre un médicament, comme la dernière fois, et que ce médicament allait me fatiguer plus que d'habitude. 

Aucune réaction de nos garçons. 

Je leur ai dit que ce médicament allait probablement me faire perdre tous mes cheveux, comme la dernière fois, et qu'ils repousseront sans doute, plus beaux et plus doux ensuite. 

Aucune réaction du plus petit. L'aîné en revanche a réagit violemment. Il a soufflé et s'est énervé : "Oh non ! tu ne vas pas encore perdre tous tes cheveux ! ça va encore mettre longtemps avant de repousser et d'avoir des cheveux longs !"

Très en colère, il a tiqué et réagit face à l'annonce de mon alopécie provisoire. 

Le repas s'est passé sans encombre, sans question, comme si de rien n'était. 

Et puis au moment d'aller dire bonne nuit, du câlin-bisou-jetaime, le flot des questions est arrivé. 

"Est-ce que tu vas perdre un autre sein ?"

J'ai souri gentiment en lui disant que je n'en avais plus en stock. 

"Est-ce que ça va te faire mal les médicaments ?" 

"Où est-ce qu'on va te donner les médicaments ? tu vas aller à l'hôpital ?"

"ça va passer par où les médicaments ? dans ton sang ? par où ? ça va faire mal ?" 

.............

Et là la question auquel je m'attends sans m'y être vraiment préparée...

"Et si tu ne prends pas ce médicament maman, tu vas mourir ?"

..........

Question dure mais on ne peut plus normale pour un grand garçon de 9 ans maintenant...

Doit-on mentir face à ces questions ? Comment faire pour toujours vous protéger ?

Depuis le père Noël, je m'étais promis de ne plus te mentir alors j'ai répondu franchement :

"Je ne sais pas". Un ni oui ni non, qui me permet de ne pas mentir car c'est la réalité, je ne sais pas. 

Je ne sais pas mais je fais confiance au médecin qui me conseille de suivre ce traitement et de prendre ce médicament, pour mon bien.

Que c'est difficile à comprendre dans la tête d'un enfant de 9 ans :

Maman va bien extérieurement mais pas à l'intérieur.

Alors maman va reprendre un médicament qui va la guérir de l'intérieur mais l'abîmer un peu à l'extérieur.

Que c'est difficile de comprendre qu'un médicament qui vous veut du bien puisse vous faire du mal.

Je comprends son incompréhension et ses milliards de questions.

Tu as grandi depuis 5 ans, tu te souviens bien de la dernière fois, mais là ça n'est plus pareil. 

Tu as plein de questions, plein d'appréhensions, et plus d'angoisses aussi. 

Que c'est dur à 9 ans de se prendre encore une fois cette gifle en pleine face.

Mais encore une fois, je te promets d'être forte, d'être positive et de lui mettre la misère à ce foutu crabe ! 

La route va peut-être être longue, mais je suis têtue et j'aime gagner, tu le sais ! 

Je ne lâcherai rien. 

Jamais.

Le jour où j'ai réalisé que tu as bien grandi...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents