Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une chance sur deux

Une chance sur deux

On se remet en rang


Le jour où je suis allée à ma chimio, seule

Publié le 14 Janvier 2014, 13:42pm

Catégories : #chimiothérapie, #vomir, #effets secondaires, #désagréable, #cancer du sein, #cancer

C’était la toute première séance de mon second protocole. On m’avait dit qu’au niveau effets secondaires, ce protocole serait plus “facile”. On m’avait dit que je le supporterais normalement beaucoup mieux, et que si j’avais supporté le premier, celui-ci là passerait, sans problème. Durant toutes les séances de mon premier protocole de 3 mois, j’étais accompagnée de mon mari, qui avait tout fait pour être là, m’accompagner et m’épauler pendant ces épreuves. Pour le second protocole, et étant donné que c’était toutes les semaines pendant 3 mois, c’était compliqué pour lui. D’autant qu’on nous avait dit que le traitement était nettement plus supportable…

Donc pour la première journée de chimio – 2nd protocole TAXOL, j’y suis allée seule, comme une grande… je me suis dit : c’est bon, je vais pianoter sur mon téléphone pendant toute la durée du traitement, quelques textos et hop ça sera vite terminé.

Et bien non ! J’avais malheureusement encore les effets secondaires à retardement de la première chimio – ce qui fait qu’à peine entrée dans le hall de la Clinique, je me sentais déjà mal… vaseuse, pas bien. Envie de reculer, je ne veux pas y aller !!! et dire qu’il y en a encore 12 ! ça promet !

Arrivée en salle de chimio, MA place habituelle n’était pas disponible… ça commence mal, tant pis, je prends celle-là, tout là-bas à l’autre bout de la salle. Je m’installe, mais je sens la nausée m’envahir de partout – je n’ai que mon petit déjeuner avalé 2h avant dans le ventre.

Dès le début je sens qu’il y a quelque chose d’anormal qui se passe en moi, je demande un coca histoire de faire passer la nausée. Tout autour de moi me semble négatif, des pensées bien noires traversent mon esprit, je vois défiler des patients en traitement comme moi, des personnes plutôt âgées, amaigries, amoindries, des patients avec un air triste, tous ont l'air abattu, des patients accompagnés par leurs proches, leur sœur, leur frère, leurs enfants, certains dorment, d’autres mangent – comment font-ils ??? moi, je ne peux absolument rien avaler.

L’heure de traitement passe, tant bien que mal, et comme à chaque fois maintenant, j’ai besoin d’aller vite aux toilettes pour éliminer tout le liquide qu’on vient de m’injecter.

J’attends d’être “débranchée” et file rapidement aux WC. En même temps je mandate une infirmière pour m’appeler un taxi. Je sens que j’ai retenu pendant trop longtemps ma nausée et là je n’en peux plus. Le coca aidant sans doute – avec son acidité – je vomis tout ce que j’ai dans le ventre. Lors du dernier haut le cœur, je vomis du sang. Pas quelques gouttes non, énormément de sang. A cet instant, je me sens plus légère certes mais je flippe !

Dans les films et les séries hospitalières, quand les patients commencent à vomir du sang c’est qu’ils en ont dans les poumons et ça n’est pas bon du tout ! Je ne suis pas médecin, je me dis que ça ne peut pas venir de mes poumons, mais que c’est quand même bizarre de vomir du sang non ?

J’informe immédiatement l’infirmière qui se trouve en face de moi – c’est celle que je n’aime pas trop évidemment… Je lui dis plutôt calmement, je viens de vomir … du sang. Ah bon ? quelle quantité ? Montrez-moi ? Vous avez tiré la chasse d’eau ? Vous n’auriez pas dû !

désolée de nettoyer derrière moi…

Est-ce que c’était quelques gouttes ou beaucoup d’eau ? un jet ? Décrivez-moi !

Bah j’en sais rien moi, je me sentais pas bien alors j’ai vomis… du sang. Oui beaucoup, comme de l’eau mais pas transparente, elle était bien rouge…

Elle appelle de suite mon oncologue en me disant que je ne vais peut-être pas pouvoir rentrer chez moi, qu’il faut me garder en observation… Ah non, je n’ai qu’une envie ; sortir d’ici et ne plus sentir cette odeur !

Heureusement pour moi, l’oncologue l’a rassure en lui disant que cela doit venir de mon estomac qui s’est un peu déchiré. Il me donne un petit traitement pour panser tout ça, me conseille de manger froid et pas acide et dès demain tout ira bien. Ah, enfin une bonne nouvelle dans cette sale journée !

Je rentre donc chez moi, en taxi, et me promet de ne plus jamais revenir en chimiothérapie non accompagnée. Plus jamais.

Le jour où je suis allée à ma chimio, seule
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents