Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une chance sur deux

Une chance sur deux

On se remet en rang


Le jour où je suis allée à ma première séance de radiothérapie

Publié le 5 Novembre 2013, 09:12am

Catégories : #radiothérapie pour les nuls, #radiothérapie, #séance radiothérapie, #cancer du sein, #cancer

J'étais tétanisée. Tétanisée à l'idée d'avoir un appareil surpuissant agissant sur moi. J'avais peur de sursauter, d'éternuer, pendant le rayonnement. J'étais torse nu, allongée sur une table toute seule et j'avais froid ! Moi !
Si je bouge un peu que va-t-il se passer ? Est-ce que cela va me brûler ? Au bon endroit ?
Malgré la propreté impeccable, le cadre tout neuf et sérieux de l'hôpital, je n'avais pas trop confiance. J'avais besoin d'être rassurée, de mes attentes, de mes questions, de mes angoisses.
Au début de ce traitement j'avais l'intime conviction que l'on soignait le mal par le mal...

Pour cette première séance donc je patiente au moins une heure dans une petite salle d'attente. Postée devant une porte fermée et surmontée d'un signal rouge. Je saurais ensuite qu'il s'agit d'un sas (de décompression ?) dans lequel le patient se déshabille en entrant et se rhabille en sortant, avant d'entrer dans le saint des saints de la radiothérapie.
On me fait entrer, me demandant d'enlever bijoux et vêtements en haut.
Pas trop à l'aise et les bras sur ma poitrine à moitié amazone, j'entre et je me place où l'on me dit, allongée sur la table.
Je demande si je peux bouger un tout petit peu. On me conseille que non - pas bouger. Je ne dois pas bouger.
Je demande par curiosité si je verrais le faisceau des rayons ?
On me regarde comme si j'étais une touriste en pays inconnu : non, avec un sourire en coin, vous ne verrez pas les rayons.

A l'époque, j'avais tellement de questions et surtout d'appréhensions, que j'aurais aimé qu'on m'explique absolument tout, et que l'on me parle comme à une enfant...

Le jour où je suis allée à ma première séance de radiothérapie

Cela m'aurait peut-être rassurée... sûrement...

Mais non. Retour à la réalité d'adulte : on me demande de lever mes deux bras et de les mettre au-dessus de la tête. De tourner ma tête le plus possible vers la gauche.
Comme ça, ça ne paraît pas mais pendant cette première séance, qui a duré plus de 45 minutes ce fut très dur de tenir !

Cette première séance était beaucoup plus longue (45 min au lieu de 15 min) car ils mettaient en place tous les réglages de la machine – réglée au nano-millimètre près.

Ils me disaient de ne surtout pas bouger, et de respirer le plus calmement possible.

Facile à dire !

Essayer donc de respirer "calmement" quand vous êtes dans un état de stress aigu, mal installée, et que (cerise sur le gâteau) vous avez froid parce que 45 minutes torse nu, c'est long !

A la fin de la séance, je ne sentais plus toute la partie gauche de mon crâne, ni l’ensemble de mon bras gauche. J’ai mis environ 10 minutes à refaire circuler le sang dans ces deux zones…

J'avais toujours aussi peur de bouger, de respirer, de vivre. J'aurais préféré qu'on m'endorme je crois...

Fort heureusement, les séances s'enchaînant, je fus beaucoup plus docile et patiente au fur et à mesure.

Outre le fait que j'avais comme une tâche de vin à la Michaël Gorbatchev sur la poitrine, finalement, ça n'a pas été si mal ce traitement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents