Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une chance sur deux

Une chance sur deux

On se remet en rang


Le jour où on m’a montré un schéma

Publié le 16 Juillet 2013, 07:55am

Catégories : #une chance sur deux, #schéma, #probalibilité, #radiothérapie, #radiothérapeute, #témoigner, #rechute, #cancer du sein, #cancer

C’était juste avant la fin de mon traitement de radiothérapie.

J’avais mon rendez-vous hebdomadaire de suivi. Ce rendez-vous coïncidait également avec la dernière consultation avec mon radiothérapeute. Je ne le verrais plus ensuite. Mais je n’avais pas bien réalisé.

J’entre dans son bureau, il me demande comment je vais, je lui dis que ça va… mais quand pourrais-je avoir à nouveau un cycle ? Vous savez le package complet, avec les hormones et tout et tout...

Question sans préméditation, je n’avais absolument pas préparée cette consultation… Instinctive, comme d’habitude, limite brouillon, pas comme d’habitude.

Je suis plutôt quelqu’un de posée, c’est sûr, mais plus les mois passent, les traitements s'enchaînent, après tout ce que j’ai subi, vécu, je ne suis plus capable d’ordonner mes questions, de poser mes interrogations… Comme si je m'étais endormie depuis des mois, je commence à peine à me réveiller, à sortir la tête de l'eau et c'est le bordel à la sortie...

Suite à ma question, la claque commence… tout d’abord une claque psychologique qui me re-place à mon niveau de “patiente”, écoutez-moi, je suis médecin, c'est étonnant que l'on vous apprenne cela maintenant, je sais ce que je dis, ne m’interrompez pas, vous ne savez pas de quoi vous parlez. OK.

Moi je suis la patiente, je subis en fait...

Puis la claque scientifique (qui même si tu y es préparée, te noie rapidement dans des explications d'un autre monde – le cerveau décroche et focalise sur certains mots qui te font oublier tout le reste).

Vous avez eu un “carcinome multifocal intracanalaire”, qui aurait pu s’étendre mais que nous avons enlevé. Il me montre un schéma type camembert avec des jolies couleurs vives sur son ordinateur - j'adore les couleurs vives - “J’ai ici un logiciel de probabilité basé sur un panel de patients canadiens. Si je rentre votre âge, la nature des gênes tumoraux trouvés dans votre sein, votre poids et votre taille…” ENTRÉE et BANG !

“La mammectomie a augmenté de 17% vos chances de guérison, la chimio de 15%, la radiothérapie de 9% et enfin l'hormonothérapie de 13%. Ce qui vous fait un total de 54% !”

Le jour où on m’a montré un schéma

MAZELTOV ! 54%... mais… c’est… pas beaucoup. 54% résonne dans ma tête comme : 46% de risques de rechute, une chance sur deux de ne pas s’en sortir, une chance sur deux que tout cela recommence, une chance sur deux de ne pas voir grandir mes enfants, de ne pas vieillir auprès de mon mari…

The scientifique essaye de me rassurer avec deux trois phrases toutes faites : “mais, bien évidemment ce ne sont que des probabilités, rien n’est sûr à 100%.

Je vous dis cela pour que vous compreniez l’importance et la nécessité de l’hormonothérapie, au Canada, de nombreuses femmes ne prennent pas leur traitement à cause des effets secondaires liés”

QUOI ???? Tu me dis tout cela (ces stats horribles et ce schéma violent) pour que je n’oublie pas de prendre mes cachets ?????

C’est sûr que me dire cela maintenant, une fois que j’ai fini la radiothérapie et la chimio, que j’ai fait une croix sur ma féminité lors de l’opération, sur mes longs cheveux pendant la chimio. Me dire ça maintenant que je suis sensée entamer une épreuve d’endurance de 5 ans pendant laquelle je devrais encore mettre ma féminité de côté, subir les effets indésirables d’une ménopause forcée. C’est un peu rude non ?

Me dire ça maintenant que j’essaye de sortir la tête de l’eau, maintenant que je réalise le chemin que j’ai parcouru. C’est un peu dur non ?

Me dire cela, maintenant à ce moment là, m’a littéralement écrasé, m’a résumé à des chiffres (expérience bizarre : vous n’êtes qu’un schéma - avec des couleurs vives certes, mais un schéma).

Mais paradoxalement, cela m’a aidé et m’a, violemment certes, ouvert les yeux.

Je suis mortelle, comme nous tous, c’est un fait, pas une surprise. J’ai vécue une année difficile, j’ai combattu ma maladie, mais mon combat n’est pas terminé. Je ne suis pas “sauvée” comme je pensais naivement l’être. Et c’est CE jour là, après cette “claque” que j’ai compris.

J’ai compris également après cette entrevue que je ne pouvais pas rester là dessus. Je ne pouvais pas finir l’année éprouvante que j’avais passée, les mois de traitements où le corps et l’esprit ne font qu’encaisser, comme cela.

Il me fallait une thérapie. J’ai une chance sur deux de guérir, parfait ! alors je la saisie !

Il me faut un moyen concret de prendre mon corps en main, de comprendre ce qui m’arrive, pour prévenir, pour me préparer à une éventuelle rechute.

Ma tête bourdonnait de questions : serais-je aussi forte la prochaine fois ? est-ce que mon corps supportera de la même façon ? et cette fois-ci est ce que j’expliquerais la mort à mes enfants ? et est-ce que cela a un sens que je retourne au travail ? maintenant que JE sais… difficile à dire, je n’ai pas toutes les réponses.

Une seule certitude, je veux partager cela, et témoigner.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

caro 26/07/2013 14:20

tout en finesse ce gus ... pr le plugin de l'empathie, on repassera ... pas.

Archives

Articles récents